Contraception féminine

Sommaire

La contraception permet de réduire la probabilité d'une grossesse, ou de l'éviter. La contraception peut concerner l'homme et la femme.

Chez la femme, on peut éviter une grossesse en bloquant l'ovulation (contraception), ou en empêchant la gestation (contragestion).

Bon à savoir : depuis le 28 août 2020 (décret n° 2020-1090 du 25 août 2020), les frais liés à la contraception des mineures de moins de 15 ans sont intégralement pris en charge par l’assurance maladie. Depuis le 1er janvier 2022, la contraception est gratuite pour les femmes de moins de 26 ans (article L. 160-14 du Code de la sécurité sociale). L'Assurance maladie prend en charge à 100 % et sans avance de frais, le coût de la contraception et les actes qui y sont liés (une consultation par an avec un médecin ou une sage-femme et les examens biologiques potentiels).

Contraception féminine : jouer sur le cycle menstruel

Le cycle menstruel féminin est différent chez chaque femme. C'est ce qui leur permet de procréer : l'ovulation produit un ovocyte (ovule) qui, fécondé par un spermatozoïde masculin, donne un embryon. Cet embryon se loge dans l'utérus. Si la membrane de l'utérus est dans une bonne configuration, l'embryon pourra y grandir pendant neuf mois.

La contraception féminine, mécanique ou hormonale, joue sur plusieurs étapes de la procréation :

Contraception féminine : les hormones à l'honneur

Le cycle menstruel féminin est régulé par de nombreuses hormones. Les plus importantes sont :

  • Les œstrogènes : les variations de la concentration en œstrogènes permettent l'ovulation ;
  • La progestérone : elle stimule l'utérus pour qu'il puisse accueillir l'ovule fécondé.

Les contraceptifs féminins hormonaux incluent des œstrogènes, pour empêcher l'ovulation, et/ou des progestatifs, pour éviter la nidation.

Bon à savoir : les pilules œstroprogestatives et sans œstrogènes présentent des contre-indications, notamment en cas de thrombose veineuse profonde ou d'embolie pulmonaire.

Des contraceptifs aux effets combinés

La plupart des contraceptifs destinés aux femmes ont des effets multiples sur le cycle menstruel.

La pilule contraceptive, l'anneau et l'implant contiennent à la fois des œstrogènes et des progestatifs. Ils permettent donc à la fois d'empêcher l'ovulation et la gestation.

À noter : si l'on considère que la vie humaine commence à la fécondation, les méthodes qui empêchent la gestation de l'embryon sont alors abortives, par opposition à la contraception, qui empêche l'ovulation ou la fécondation.

Attention toutefois, des chercheurs ont montré qu’il existerait une association entre le risque de survenue d’un cancer du sein et l'utilisation actuelle ou récente de contraceptifs hormonaux dans des proportions similaires, qu’il s’agisse d’un contraceptif oral combiné, d’un progestatif oral seul, d’un progestatif injectable, d’un implant progestatif ou un dispositif intra-utérin progestatif. Ainsi, les risques relatifs (par rapport aux femmes ne prenant pas de contraceptifs) seraient augmentés de 20 à 30 %.

Source : Plos Medicine, 21 mars 2023.

Aussi dans la rubrique :

Choisir sa contraception

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider